Liste des publications avec résumés

Cette page rassemble les écrits de Félix Weygand. La liste des publications a été mise à jour le 21 janvier 2012.

 

2011

 2011. Un jeu mobile, vecteur de « coopétition » entre réseau social numérique et smartphone.  Le cas LiftLoft. Marc Bassoni et Félix Weygand Colloque international y a-t-il une richesse des réseaux ? 8 et 9 décembre 2011 Unviersité Paul Cézanne Aix Marseille III, Institut supérieur de l'information et des médias, Aix en Provence France.

http://www.medias011.univ-cezanne.fr/fileadmin/Medias11/Documents/A9/BASSONI-WEYGAND.pdf

L’économie numérique est simultanément le creuset d’une concurrence implacable et d’une multiplication des formes de coopération. Cette dualité est au cœur du concept de « coopétition » défini comme système d’acteurs, à la fois concurrents et alliés, qui interagissent sur la base d’une congruence d’intérêts. Nous nous proposons d’éclairer la mise en œuvre d’une telle « coopétition » au travers d’une étude de cas, celle du jeu LiftLoft édité par le réseau social mobile berlinois Aka’aki ; ce jeu n’existe que comme application pour l’iPhone d’Apple et exige de disposer d’un compte Facebook. Nous décrirons tout d’abord le modèle économique choisi par la start-up berlinoise ; nous analyserons ensuite le système « coopétitif » qu’elle constitue avec Apple et Facebook en nous appuyant sur un modèle multicouche de l’économie numérique. Nous montrerons que la perception de leurs intérêts mutuels par les acteurs concernés est au cœur du jeu « coopétitif »

 

2011. Les enjeux économiques de la géolocalisation pour les réseaux sociaux numériques. Marc Bassoni & Félix Weygand. Hermès n°59 ; numéro coordonné par Alexandre Coutant et Thomas Stenger . Les réseaux sociaux numériques.

Depuis quelques années, les réseaux sociaux et les usages qu’ils nourrissent ont pris une place significative au sein de la galaxie Internet. Parmi ces réseaux, ceux qui pratiquent la gratuité pour les utilisateurs finals n’ont pas encore stabilisé leur modèle économique et ce, malgré les audiences dont ils bénéficient (Facebook, par exemple). Pour ces réseaux, le défi est désormais de convertir leur succès d’estime en espèces sonnantes et trébuchantes ; en d’autres termes, de mettre leurs capacités de ciblage et de filtrage des internautes, et des communautés que ces derniers forment, au service d’annonceurs solvables. Comme le montre l’exemple de aka’aki, réseau social géolocalisé sur l’Internet mobile, la voie est étroite et le succès non encore garanti. La défiance croissante des internautes à l’endroit de la « marchandisation » des données privées constitue la limite principale du « business model » en gestation.

http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00625988/fr/

 

 

2010

 2010. Business Models in Web 2.0 New Ventures. Félix Weygand & Christophe Garonne. In The Media Industries and their Markets. Quantitative Analyses. Patrick-Yves Badillo and Jean-Baptiste Lesourd Eds. Palgrave Macmillan. September 2010 Basingstoke/GB.

 

2009

2009. Ecrire pour être référencé : rupture ou continuité avec les canons de l'expression journalistique ? Le cas du web magazine local Cityvox. Félix Weygand et Marc Bassoni. 

Colloque international Entre communauté et mobilité. 16 et 17 décembre 2009 Université Paul Cézanne Aix Marseille III, Institut supérieur de l'information et des médies, Aix en Provence France.

http://www.medias09.univ-cezanne.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=47%3Ales-redacteurs-professionnels-des-medias-web-20&catid=12%3Aatelier-3-les-professionnels-du-web-20&Itemid=30&lang=fr

Nombre de nouveaux médias produisent et diffusent de l’information en accordant une grande attention au « référencement naturel » de leurs contenus. Le web magazine local Cityvox en fait partie. Dans cette communication, nous cherchons à mettre en lumière l’influence qu’exerce cette contrainte sur le mode d’expression en vigueur dans ces nouveaux médias. Curieusement, cette contrainte pousse au respect des canons de l’écriture journalistique. De ce point de vue, les nouveaux médias s’inscrivent dans le prolongement des médias traditionnels.

 

2009. From the New Economy to the Web 2.0 : The Success of en Innovative Start-Up that Transforms itself through Emerging Strategy. Félix Weygand. 10th International CINet Conference. Enhancing the Innovation Environment. 6 au 8 septembre 2009 Queensland University of technology , Brisbane Australie.

http://www.continuous-innovation.net/Members_Only/Publications/Papers_10th/weygand_cinet2009.pdf

Working paper, Euromed Marseille n°4-2009

http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1523093

This paper aims to describe the links between the transformation of business models based on network effects and multisided markets, and the strategies adopted by the ventures in the context of the digital economy. We refer those links to the ability of the entrepreneur (or the firm as a whole) described by the concept of “entrepreneurial bricolage”.

To illustrate this description, we present a case study, Cityvox, extracted from an ongoing longitudinal project research we are developing on a panel of innovative start-ups based in France.

 

2009. Comment se développent les nouveaux medias de l’Internet. Le modèle d’affaires hybride de Cityvox. Félix Weygand. Terrain & Travaux n°15 ; numéro coordonné par Jean-Samuel Beuscat, Sylvain Parasie et Eric Dagiral Les nouveaux médias.

http://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2009-1-p-105.htm

Cityvox, société éditrice de sites Internet pour le grand public, de services et de contenus en ligne, résume le phénomène d’apparition des nouveaux médias de l’Internet en France.

Décrire l'histoire de cette entreprise permet de comprendre comment et pourquoi des modèles d'affaires robustes, rentables et pérennes s'inventent depuis quelques années dans ce secteur marqué par l'explosion des usages et l'effervescence technologique. Les instruments théoriques de cette analyse reposent sur la notion de marché à double versant, ici généralisée en marché multiversant et modèle d’affaires hybride, ainsi que sur celle d’effets directs et indirects des externalités de réseau. Nous montrons comment s’articulent les mécanismes de marché décrits par ces notions dans le modèle de Cityvox.

 

2009. Economie de la « société de l’information ». Quoi de neuf ? TIC & Société vol.2 n°2 ; numéro coordonné par Eric Georges Société de l’information.

http://ticetsociete.revues.org/499

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00390953/fr/

L’idéologie de la « société de l’information » repose notamment sur un récit économique. Ce récit met l’accent sur une « nouvelle économie », caractérisée par la « dématérialisation », dont deux conséquences seraient le « piratage » des œuvres et le développement de « médias Web 2.0 » fondés sur la gestion directe de l’information par le public. Dans ce texte, nous allons réfuter quatre « découvertes » de l’idéologie économique de la société de l’information à la fois sur le plan théorique et par l’étude d’un cas d’entreprise de l’Internet, la société Cityvox. Les changements réels qui affectent l’économie des biens informationnels en relation avec le développement des technologies numériques doivent plutôt être décrits comme la manifestation contemporaine de fondamentaux de l’économie capitaliste, industrielle et marchande concernant la formation et la circulation de la valeur et la concurrence entre les firmes.

 

 

 

2008

2008. Transformation of Internet-based companies’ business models: 7 years after the dot.com burst. Félix Weygand et Christophe Garonne. 5e colloque CONTECSI Congresso Internacional de Gestão de Tecnologia e Sistemas de Informação. 4 au 6 juin 2008 Unviersité de Sao Paulo. Sao Paulo Brésil.

 This paper determines and compares the business models of the largest Internet-based companies which survived the dot-com failure in 2001, with some nascent start-ups in the high technology industry which were created after the burst. Drawing on the framework developed by Mahadevan in 2000, the evolution of business models of the largest companies from 2000 to 2007 is examined before being compared with the business models of the nascent start-ups. The results show that nascent Internet-based start-ups have a more diversified model of revenue acquisition than large companies and that due to the changes in the Digital Economy, market structures definitions provided by Mahadevan have become blurred.

 

 

 

2007

 2007. Hybrid Business Models in Web2.0 New Ventures. Félix Weygand et Christophe Garonne. Colloque international Media et communication. Analyses économétriques et quantitatives. 22 et 23 novembre 2007 Applied Econometrics Association, Paris. www.aea-eu.com/2007Paris/DOCUMENTS/Publication/Abstract/Weygand_Garonne.pdf

 

2007. Modèles d’affaires hybrides, asymétrie de l’information et modalités d’accès au financement des start-ups TIC. Félix Weygand, Christophe Garonne et Bernard Paranque. 5ème Congrès international de l’Académie de l’Entrepreneuriat Innovation et évolution des pratiques entrepreneuriales. 4 et 5 octobre 2007. Sherbrooke Canada.

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00184982/fr/

Ce papier propose les résultats partiels d’une étude en cours sur des modèles d’affaires hybrides des start-ups du secteur des TIC en utilisant une méthode exploratoire. Après l’explication et la description des critères de constitution de l’échantillon d’entreprises, le concept d’intermédiation informationnelle est présenté. Le contexte de création et d’évolution des entreprises de l’échantillon est la nouvelle « nouvelle économie » qui se met en place depuis 2004. Une revue de littérature synthétisant les recherches réalisées depuis la « bulle Internet » sur les domaines des modèles d’affaires et cette nouvelle économie est proposée. Les résultats de ce projet et les propositions élaborées pour améliorer l’accès des PME aux financements et limiter l’asymétrie d’informations sont directement applicables par les entrepreneurs, les incubateurs et les financeurs. Ces résultats seront aussi un outil majeur pour l’évaluation des projets d’entreprises présentés dans les pôles de compétitivité.

 

2007. Modèles d'affaires composites des start-ups TIC. Problématique et typologie. Félix Weygand et Christophe Garonne. Colloque Entrepreneuriat, nouveaux enjeux, nouveaux comportements. 11 juin 2007 ISC Paris

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00156611/fr/

L'objet de ce papier est de proposer une étude des modèles d'affaires composites des start-ups du secteur des TIC sur une durée de trois ans en utilisant une méthode exploratoire. Les critères de constitution de l'échantillon d'entreprises sont décrits et expliqués. Le contexte de création et d'évolution de ces entreprises est la nouvelle « nouvelle économie » qui se met en place depuis 2004. Une revue de littérature synthétisant les recherches entreprises depuis la « bulle Internet » sur les domaines des modèles d'affaires et cette nouvelle économie est proposée. Les résultats de ce projet seront directement applicables par les entrepreneurs, les incubateurs et pépinières d'entreprises ; les bonnes pratiques recensées seront aussi utilisables par les pôles de compétitivité et les investisseurs.

 

2007. Le difficile alignement stratégique des systèmes d'information publics. Félix Weygand. Chapitre de l’ouvrage coordonné par Saïd Assar. Administration électronique, constat et perspectives. Hermes Lavoisier, Collection scientifique et technique des communications. Février 2007 Paris.

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00156626/fr/

Les concepts du management des systèmes d'information dans les entreprises imprègnent la manière dont nous concevons le rôle et l'évolution des systèmes d'information dans le service public. Il y a même une sorte de « prime » d'estime à cette approche dans la mesure où les méthodes et conceptions mises en œuvre dans l'entreprise sont souvent considérées comme susceptibles de dynamiser la modernisation des administrations publiques. Il en va ainsi de la notion d'alignement: il est tentant de mettre en parallèle le processus d'alignement du système d'information sur la stratégie de l'entreprise et le processus qui fait de l'évolution vers l'administration électronique l'outil privilégié de la modernisation du service public. Contrairement à d'autres notions, telle par exemple celle d'urbanisation, il n'est pas possible, et selon nous fallacieux, de procéder à une telle assimilation entre cette notion d'alignement stratégique du système d'information de l'entreprise et la problématique de la modernisation du service public par l'administration électronique. Nous allons dans un premier temps exposer les arguments généraux qui fondent ce constat d'impossibilité et qui, ce faisant, nous donnent des pistes spécifiques pour penser l'évolution des systèmes d'information des services publics vers l'administration électronique. Dans un second temps nous développerons l'exemple d'évolution du système d'information d'une « grosse » collectivité territoriale, le Conseil général des Bouches du Rhône. Nous verrons qu'aujourd'hui le système d'information de cette entité est soumis à deux contraintes d'évolution rapide : d'une part celle « extra-informatique » liée à l'impact de la décentralisation, d'autre part celle, « interne » au système d'information, constituée par l'injonction du passage à l'administration électronique.

 

2006

2006. Société de l'information, deuxième époque ? Transformation du statut de l'usage des TIC au travers des nouvelles propriétés des objets communicants. Félix Weygand. Working paper, Euromed-Marseille n°12-2006

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00134777/fr/

Notre contribution présente brièvement ce qu'on décrit actuellement comme de nouvelles ruptures techniques en cours dans les TIC. Il s'agira d'une part de repérer les « effets de mode » contenus dans ces descriptions, qui reprennent des appréhensions ou des enthousiasmes récurrents dès que l'on est confronté à des ruptures techniques, d'autre part de s'interroger sur la pertinence de nos outils d'analyse des innovations face à ces éventuelles ruptures. En effet, indépendamment de l'opinion optimiste ou inquiète qui se forme à leur propos, s'il y a bien des ruptures techniques celles-ci peuvent nous amener à revoir un des principaux outils dont nous disposons pour comprendre les TIC dans la société : l'approche en terme d'usages et d'appropriation.

 

2006. Réseaux ambiants, invisibilité, objets communicants. Transformation du statut de l'usage et de l'appropriation. Félix Weygand. Colloque Interroger la société de l'information. 18-19 mai 2006 Université McGill Montréal Canada.

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00157702/fr/

 

 

2005

2005. Gouvernance régionale des politiques publiques " société de l'information ". Félix Weygand et Natacha Crimier. 2ème Workshop TIC et dynamiques spatiales du Groupe des Ecoles de Télécommunications 7-8 avril 2005 Cordes Sur Ciel.

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00156621/fr/

Depuis quelques années, les TIC font l'objet d'un intérêt croissant de la part des collectivités territoriales conduisant à la mise en place de politiques publiques dans ce domaine. A travers leurs applications, ces technologies sont conçues comme concourant à l'aménagement et au développement des territoires. Elles apparaissent également comme des vecteurs renouvelés de la participation des citoyens à la démocratie locale. Enfin, le discours qui sous-tend ces actions publiques peut donner l'occasion aux élus locaux de payer un tribu à l'idéologie de la « société de l'information », symbole de progrès et de modernité. Si les objectifs et les enjeux de ces politiques publiques restent relativement communs, celles ci se caractérisent néanmoins par une grande diversité (élaboration et conception, état d'avancement, modalités de mise en œuvre, etc.). A travers la construction d'une grille d'analyse sur l'exemple de trois régions : Alsace, Provence Alpes Côte d'Azur et Bourgogne, cette contribution se propose d'étudier la manière dont les acteurs publics régionaux décident, conçoivent, mettent en œuvre et contrôle ces politiques « société de l'information ».

 

2005. Stratégie publique, e-administration et alignement du système d'information. Félix Weygand et Anne Brunel. Workshop Systèmes d'information et e-administration du Groupe des Ecoles de Télécommunications. 24 mars 2005 Télécom Paris

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/15/50/index_fr.html

Dans les organisations de service public, l'évolution du système d'information, a pris le nom d'administration électronique, or l'essentiel des concepts avec lesquels nous pensons l'urbanisation et l'alignement stratégique des systèmes d'information est issu d'organisations très différentes des administrations : les entreprises. Cette importation des concepts d'un monde à un autre peut être un essaimage riche d'enseignements opérationnels utiles et efficaces, c'est certainement le cas de la notion d'urbanisme. Il peut également s'agir d'une contamination, conduisant à vouloir plaquer à toute force des modèles totalement intransposables dans le contexte de l'administration et de l'évolution de ses missions. L'alignement stratégique du système d'information d'une entreprise n'est ainsi selon nous qu'un modèle très lointain pour l'administration électronique.

 

 

2004

2004. L’Etat face à la société de l’information. Félix Weygand. Terminal n°92 - Dossier L’Internet en politique, hiver 2004–2005. Ed. L’Harmattan ; Paris.

Du rapport de Simon Nora et Alain Minc de 1978 sur l’informatisation de la société à l’étude de Pierre de La Coste sur l’administration électronique publiée en janvier 2003, les travaux d’experts commandés par les plus hautes autorités publiques permettent de lire la vision que l’Etat français a de son rôle et de sa place dans la « société de l’information ». Les problématiques décrites il y a 25 ans sont toujours présentes : affaiblissement de la souveraineté de l’Etat national dans une globalisation marquée par la libéralisation et le développement des réseaux d’ordinateurs, passage à l’administration électronique, transition d’un Etat dirigeantà un Etat régulateur.Par contre l’inquiétude a cru continuellement sur la capacité de la personne publique à assumer ces évolutions, elle culmine aujourd’hui avec l’annonce du risque d’un effondrement de l’Etat face à la « société de l’information », une telle dramatisation des propos conduit à s’interroger sur la nature réelle des enjeux présentés.

 

2004. La fin du Politique : une critique de la Cyberdémocratie. Félix Weygand. COMMposite V.04 2004 Revue électronique de recherche en communication publiée à Montréal

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/15/48/index_fr.html

L’affirmation générale de l’existence d’une « société de l’information », qui s’est concrétisée par un premier sommet mondial à ce sujet, exige de conduire un travail théorique distinguant ce qui est de l’ordre de l’utopie, ou de l’idéologie, des effets raisonnablement attendus du développement planétaire des technologies de l’informatique et des télécommunications. Un des aspects de ce travail porte sur la place du politique dans cette société de l’information et critique l’utopie de l’avènement d’une « cyberdémocratie ». Le présent article applique aux derniers ouvrages de Pierre Lévy une analyse fondée sur les travaux d’Habermas sur l’ « espace public » et « la technique et la science comme idéologie » dans les années 1960. La conclusion est que réapparaît dans cette notion de cyberdémocratie le projet d’une réduction du politique à l’économique discernable dès les premiers écrits des économistes libéraux de la fin du XVIIIeme siècle.

 

2004. The State and “the Information Society”: 25 years of experts’ reports. Communications et Stratégies n° 54, 1er trimestre 2004. Ed. IDATE ; Montpellier

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/15/49/index_fr.html

 

 

2003

2003. Démocratie électronique ou espace public. Félix Weygand. Dixième Colloque Bilatéral franco-roumain Première Conférence Internationale Francophone en Sciences de l'Information et de la communication. 30 juin 2003 Bucarest.

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000683/fr/

En Europe centrale et orientale notamment, mais aussi au Maghreb et en Asie, de nombreuses nations sont en transition accélérée vers les « standards occidentaux » : Libéralisme économique, démocratie représentative et importance croissante des usages des technologies de l'information et de la communication (TIC). Cette dernière coordonnée banalise aujourd'hui la désignation de ces sociétés comme de l'information. A partir de là certains avancent l'idée de l'avènement d'une possible démocratie électronique ou encore cyberdémocratie. Nous proposons d'examiner deux de ces propositions, celle, théorique, de Pierre Lévy au travers en particulier de son dernier ouvrage Cyberdémocratie et celle, à visée opérationnelle, du député et ancien ministre français, Christian Paul, au travers de son rapport Des droits et des libertés sur l'Internet rendu en mai 2000 au Premier Ministre Lionel Jospin. Nous critiquerons ces deux contributions de manière à montrer leur convergence sous jacente et les risques que peuvent faire courir ces conceptions à la démocratie représentative qui, sous prétexte de lui substituer une démocratie plus directe, aboutissent à confondre débat sur l'Internet, espace public, démocratie et marché. Toutefois, nous proposerons un certain nombre de pistes de réflexion par lesquelles l'utilisation des TIC, notamment des forums sur l'Internet, dans le débat public peuvent être un outil favorisant la transition vers la démocratie dans des nations récemment encore concernées par des régimes autoritaires.